Logo

Questions/Réponses

Bonsoir,

Ma fille vient de nous avouer qu'elle a, il y a de cela 3 ans, quand elle avait 14 ans, été violentée lors d'une grande soirée publique. Elle a bu dans un verre qui contenait un produit illicite qui l'a mis dans une extrême lucidité tout en ne pouvant pas se défendre, tout était lent et un jeune a profité d'elle. Elle n'avait aucune force de mouvement et ne savait réagir sous l'effet de ce médicament. Elle a actuellement donné que des brides d'informations mais pour elle toutes ces images l'habitent depuis lors tellement c'était horrible. Quelles sont pour vous les meilleurs réactions attendues des parents et qui lui soient le plus réparateurs et porteurs pour la suite. Merci pour votre bienveillance.

Envoyé le 06/11/2015

Bonjour à vous,
Votre fille s’est confiée à vous, cela indique qu’elle a confiance, que vous avez une écoute attentive et qu’elle vous sent capables de la rassurer, en commençant par entendre ce qu’elle a de douloureux à vous dire.
Pendant trois années elle a gardé cette agression pour elle, dans le secret et probablement dans quelque chose de l’ordre de la honte, de la culpabilité. N’hésitez pas à lui dire et lui répéter que ce n’est pas de sa faute, qu’elle a été trompée, qu’elle a subi et non choisi ce qui lui est arrivé. Est-ce que depuis lors son comportement a changé ? A-t-elle plus peur de sortir ou est-elle devenue plus casanière ? Nous imaginons qu’au niveau « médical », il n’y a pas eu de conséquences ? Avait-elle été voir un médecin après ?
Qu’est-ce qui fait, à votre avis, qu’elle en parle aujourd’hui, et pas il y a un an par exemple ? Est-ce que elle veut uniquement que le film qui se rejoue dans sa tête s’arrête ou bien exprime-t-elle une demande de « justice », de « réparation » ? Elle connaît son agresseur ? Avez-vous parlé avec elle d’un dépôt de plainte éventuel, des suites judiciaires possibles ?
Vous êtes là pour elle, et vous pouvez la réconforter, le fait de vous en avoir parlé doit la soulager d’un énorme poids, elle doit certainement se sentir un peu mieux (ou nettement moins mal en tout cas !). Votre écoute et votre affection sont super importants mais peut-être pas suffisants ; un travail chez un psychothérapeute, de fond, lui permettrait de continuer à grandir et avancer à la fois avec la réalité de ce qui est arrivé (vouloir « simplement » ne plus y penser, ça ne fonctionne pas !), et à la fois en apprenant à prendre distance, en cherchant à comprendre ce qui est compréhensible, afin que cela n’arrive plus. Pour ses futures relations amoureuses, ce travail nous semble indispensable.
Autre chose : à vous et votre fille de décider ensemble quelle place cette égression va prendre dans vos discussions … contenir, délimiter cette place est fondamental, en parler chaque jour n’aidera pas, gardez bien de la place pour les bons moments, la légèreté, la joie et le rire. Si votre fille va consulter un psy, ce sera une bonne façon de limiter « naturellement » cette place, vous comprenez ? Et ce que cela vous a fait à vous, parents, c’est aussi à prendre en compte, pareil avec vos autres enfants si vous en avez. Et là aussi, peut-être que l’intervention d’un tiers, à un moment, sera précieuse ?
Nous espérons vous avoir donné quelques pistes de réflexion. Nous vous rappelons enfin que ce site est destiné aux ados et que c’est exceptionnellement que nous répondons aux adultes. ☺ Sachez toutefois que nous avons répondu à votre message avec beaucoup d’attention et d’empathie … Bon courage pour la suite. Bien à vous,
PS : votre fille est bien entendu la bienvenue sur ce site ! ☺



L’équipe de Paroles D’ados

Envoyé le 06/11/2015

Question au hasard

Mes parents me force à sortir dehors et a allé voir mes grands parents....

Lire tout

Dans Famille

Besoin de nous contacter ?

Vous voulez organiser une activité avec Paroles d'Ados ? Ou vous voulez simplement communiquer avec nous ?

Contactez-nous par email.

pour les questions ados, c'est par là

Une urgence?

Tu te sens seul, tu as besoin d’aide...Tu peux trouver un service qui peut t’aider!

Trouver quelqu’un à qui parler