Logo

Tous les même

Hahaha, non, je ne vais pas vous parler d'amour, c'est pas quelque chose dont je parlerais avant longtemps de toute façon. Pour tout vous dire, j'ai une sacré merde sur le corps qui ferais fuir le garçon le plus en chien de la terre. (Enfin, puis-je dire ça avec le Japon et ces poupé plastique?)

Ca sent la dépression hein?

Bon, et bien déjà, bonjour, je vais pas vous faire fuir maintenant. Mais je vous préviens, ce post a une haute teneur en frustration vue qu'il est écris sous le coup de la colère. Cette colère date déjà de 4 jour mais c'est intensifié hier.

Non, j'ai réalisé qu'aux yeux de tout mes proches sans aucune exception je n'étais qu'une gamine, que quoique je dise j'ai tort, que je ne fais rien de bien, et quand je déprime, je suis encore sur la mauvaise voie.

Même ma meilleure amie, c'est dire. Y'a plus personne.

Ils considèrent tous que c'est moi qui ne fais jamais assez d'effort. J'ai passé une année abominable : j'ai appris qu'une opération pour laquelle j'ai littérallement vécus ne sera pas faites cette année, et personne ne sait quand elle aura lieu. Et j'ai appris le décés d'un ami d'enfance qui vivait dans la même structure que moi quand j'étais petite.

J'ai fais de mon mieux. Au point qu'arrivée au vacance d'été, je suis épuisée.

Je m'épuise moi-même en m'endormant vers 2h du matin et je ne mange pratiquement plus. La semaine d'avant les vacances, je ne prenais plus de diner, et ma famille ne c'en est même pas rendus compte... mais je vous expliquerais ça dans peut de temps.

Je m'en suis donc pris plein la gueule pour pouvoir passer à l'année supérieur.

Mais pas uniquement pour échapper à mes démons. C'est pas uniquement à cause de tout ce que j'ai dit en haut, qui compte parmis les pires revers du destin que je me sois pris.

Déjà, posons le décor : une famille séparé, divorcé, chacun vis littérallement dans sa chambre, et le padre au salon qu'il improvise comme chambre.

Je mange au salon, il regarde la télé avachis sur la télé, toujours les mêmes foutus informations, TOUT LE TEMPS. Qu'il écoute même à la radio, suspendus à ces putains d'actualité de merde!

Parce que si on n'écoute pas 20 fois ce qui se passe sur toute la surface du globe et qu'on regarde un programme pour se détendre, c'est une pertes de temps!

Vous l'aurez deviner, je me taille dès qu'il débarque. Quand je mange, je ne peux pas changer de chaine parce que ce qu'il regarde est plus important que les 15 minutes ou sa fille ne pensera plus à ses emmerdes à elles, parce que de toute façon rien de ce que je vis n'est grave, ma vie est super simple, je suis encore jeune!

D'ailleurs oui, je suis tellement jeune et en forme que je ne peux même pas faire d'EPS au lycée! Pourtant, ça n'empêche personne de me dire d'aller au lycée alors que je me sens épuisé!

Cette dernière semaine, j'ai carrément pleurer devant eux alors que nous avions un rendez-vous au lycée. Et qu'est-ce qu'il me dis mon père? De rester pour le cours de math, pour montrer mon courage!

J'AI PLEUREE DEVANT LUI.
JE VAIS PAS BIEN.
MAIS NON.
JE DOIS RESTER.

Donc, je suis finalement partie, et le soir venus, il m'annonce gentiment que je déconne.

JE VAIS MAL.
EN QUOI ME DIRE CA VAS M'AIDER?!
COMMENT PEUT-IL ESPERER QUE JE ME SENTE MIEUX SI JE N'AI MEME PLUS LE DROIT DE ME REPOSER?!

Ca a finis par exploser Jeudi et je suis constamment dans cet état depuis ce jour. Je m'énerve toute seule en repensant dans quel merde je suis né.

J'ai pété les plombs au lycée, sur l'infermière qui me disait encore de faire ceci et cela alors que je lui disais que je ne POUVAIS PAS.

JE LEUR DIS QUE JE NE PEUX PAS. MAIS IL NE M'ECOUTE PAS.
ILS EN ONT RIEN A FOUTRE QUE JE SOUFFRE JE DOIS JUSTE REMPLIR MON DEVOIR EN TANT QUE GOSSE.

Et le lendemain, mon père (il part constamment en vadrouille, occuper à sauver le monde, soit des inconnus avec lesquels ils passent des heures à discuter pour les conseiller) viens me dire que je n'aurais pas du m'afficher au lycée.

POURQUOI AI-JE PETE LES PLOMBS?
POURQUOI AI-JE PLEURER LUNDI?

Il ne me posera jamais la question, parce que tout ce qui compte pour cet enfoiré c'est de montrer la famille faussement parfaites qu'ils n'ont jamais été.

Pourquoi je dis il? C'est pas ma famille, je les connais pas moi. Je n'ai pas grandi avec eux. Par contre, j'ai tout fait pour que ça arrive, à mes risques et périls.

Depuis toute petite, je m'en prend plein la gueule. On peut littérallement dire que j'ai survécus juste parce que j'avais l'espoir de retourner chez moi un jour.

Hahaha, la belle blague!

Y'a plus de maison, plus de famille, plus rien depuis longtemps.

Notre maison est un putain de foutoir, tout le monde vit séparé, personne ne fait rien avec personne, sauf ma mère et ma soeur qui forme un bon duo de pipelette, surtout pour me critiquer.

Que ce soit dans ce centre ou ici aujourd'hui, j'ai toujours été enfermé dans un endroit dont je ne peux sortir, obligé de supporter la bêtise profonde d'adulte qui n'assume pas leur propre erreur.

Tiens, parlons un peu de ma mère, qui se cache toujours et ne viendra jamais m'aidé si mon père me gueule dessus.

Ils se détestent tout les deux, vous imaginez bien.

Mais en plus, il faut penser qu'ils ont eut la merveilleuse idée de concevoir un enfant ensemble ALORS QUE RIEN N'ETAIT LA POUR M'ACCUEILLIR.

J'ai passé toute ma vie jusqu'il y a peut dans un centre, et quand ai-je eut ma chambre? Oui, on parle de la chambre, l'endroit ou ils auraient du me mettre, dans mon berceau, si je n'avais pas été malade à en crever.

JE L'AI EUT Y'A UN AN CETTE CHAMBRE.
AVANT JE DORMAIS AVEC MA MERE.
1 ANS SUR LES 12 QU'ILS ONT EUT.

Mon père n'hésite d'ailleurs pas à parler du fait qu'avant tout allait bien, que tout est de la faute de ma mère, qu'il est le seul a pouvoir me soutenir et qu'il est parfait.

C'est le premier à me forcer a aller au lycée.
Le premier a me balancer mes défauts au visage, avec ma soeur.

Et pourtant, quand on est face a quelqu'un, je suis la fille parfaite, qui a fais tant d'effort pour en arriver ou elle est!

BIZARRE QUE JE N'AI PAS LA MEME IMPRESSION QUAND JE SUIS A LA MAISON HEIN.

Donc, vous voyez, je déprime beaucoup.

Mais comment me traite-t-ton quand je déprime? On me culpabilise.

C'est parce que tu. C'est toi qui.

Les phrases d'eux tous commencent comme ça, ils n'ont rien a faire, tout est de ma faute tout le temps.

Même ma meilleure pote tiens ce discour, ça m'étonne pas qu'elle s'entend super bien avec mes parents quand je l'invite. C'est d'ailleurs en ces rares occasions que l'on mange et qu'on mime si bien la famille unit et heureuse qu'on a jamais formé.

Quand je vais mal, elle me boude, quand je souris pas, elle considère que je boude alors que, qui sait, JE PENSE JUSTE A AUTRE CHOSE.

Hier, j'étais silencieuse, j'avais envie de pleurer.

Elle me dit que j'ai des sauts d'humeur et tout ça.

Quand je dis mes défauts, je suis pessimiste et ça l'énerve.

Alors qu'elle se dit être misanthrope et n'a d'empathie pour quasiment personne.

Et après elle viens me faire la leçon.

Et après ils viennent me faire la leçon, alors qu'ils sont tous aussi imparfait que moi.


Mais ils ne le reconnaitront jamais parce que ça sort de ma bouche, moi qui n'ai rien connus à la vie parce que j'ai vécus dans un centre!

Vous savez, déjà là bas, rien que dans le vocabulaire, il y avait cette séparation entre les enfants qui y étaient et ceux qui n'y étaient pas.

On parlait d'école à l'extérieur. De sortie.

On était enfermé.

Mais je me rend compte que même ici, je suis considéré comme une personne qui aurais passé toute son enfance dans une chambre aseptisé à ne rien faire.

Par tout le monde. Tous tous tous.

Tous avec leur conseil de merde qui ne marche pas, leur vérité absolu qu'ils essaient de me faire avaler, leur pets fait plus haut que leur cul avec lequel ils empestent l'air, ils sont tous pareil.

Les choses sur lesquels je compte le plus s'avère être des chimères, a chaque fois.

Ma vie de famille, ma maison, et ma meilleure amie pas plus tard qu'hier.

Tous. Les. Même.

Ah, et je suis française.

Merci pour votre lecture. Je me suis pas relu, donc il est probable qu'il y ait des fautes ou des non sens, mais je pense que je me suis suffisamment répéter pour qu'on comprenne.


PS : Seul le psy et mon docteur généraliste on l'air de prendre en véritable considération mais problème. Eux, ils savent ce que c'est que la dépressions. Les autres trous du culs non.

Publié le 08/06/2014 par zozo88170

Bonjour Zozo88170, Nous avons lu avec attention ton message. Nous voyons que personne n'a encore répondu à ton post sur le forum. Si tu veux en parler avec nous, viens nous poser tes questions sur ton espace perso. Nous nous ferons un plaisir de discuter avec toi! Tu es courageuse, continue à exprimer ce que tu ressens, c'est très important !

Publié le 16/06/2014 par Paroles D'ados

Je viens de voir ton poste... je te comprend totalement pour ce qui est de ta famille. Je vis presque la même chose, sauf que moi ma mère ne se cache pas, elle provoque les problèmes assez souvent, hurle, parle et raconte sans cesse des méchancetés ... mon père, il n'a pas confiance en mes capacités, il me rabaisse à la moindre ocaz, il n'est jamais présent chez moi non plus d'ailleurs. 3 soeurs: une grande et deux petites. La grande, une fierté, en 4e en master pour du Droit, les deux petites sont totalement pourri gatées, l'une d'entre elle ne me parle plus depuis 3 ans. On a plein d'oncles et de tantes, ( 12 du coté de ma mère, 6 de mon père) et je n'en connais aucun, tellement c'est la guerre avec tout le monde. Ta meilleure ami... tu es sure de pouvoir l'appeler comme ça? Parce que bon, on ne dirait pas. :/ Je sais ce que tu ressens, comment tu te sens petite avec une colère énorme. Je vais te donner un conseil que l'on m'a déjà donné maintes et maintes fois mais que j'ai du mal à suivre tant j'ai pas confiance en moi ... fixe toi un but, deviens la meilleure dans ce but, épates les tous. Ils comprendront tous que la "petite gamine" avait un potenciel énorme et qu'au final, "ce n'est pas parce qu'ils avaient tous tords qu'ils avaient raison "( à mediter). Prends soin de toi et courage.

Publié le 05/07/2014 par Queen-Schizo

Merci Queen-Schizo de nous avoir partager ton expérience! Nous sommes certains que zozo88170 est aussi contente d'avoir reçue une réponse! Continuez à vous donner de bons conseils!

Publié le 07/07/2014 par Paroles D'ados

C'est sûr, les parents et les adultes et tout ça, c'est plutôt du genre "Je te pisse dessus et je te fais croire qu'il pleut.". Je te comprends parfaitement. Tu dis que tu as un problème, assez grave puisque tu as vécu dans un centre. Ma pauvre. Les autres pensent avoir raison, mais ils ont tort, c'est évident. Ta meilleure amie semble du même avis que tes parents et te critique ? Alors crois-moi, même si c'est ta seule amie, "largue-la", car ce n'est pas quelqu'un de sincère. Je suis avec toi. Moi-aussi, ma famille s'est déchirée, mais pas entre mes parents mais entre mes parents et mes grands-parents, brisant mon enfance. Alors ce genre de discours que tiennent les adultes en nous prenant pour des idiots, je les connais bien. Bon courage :) de la part de Azerlyn.

Publié le 13/04/2015 par Ninohara

Poste un commentaire

Nos thématiques

Ton avis ?

As-tu déjà vécu des épisodes d'harcèlement? Si oui, étais-tu

Question au hasard

Mes parents me force à sortir dehors et a allé voir mes grands parents....

Lire tout

Dans Famille

Besoin de nous contacter ?

Vous voulez organiser une activité avec Paroles d'Ados ? Ou vous voulez simplement communiquer avec nous ?

Contactez-nous par email.

pour les questions ados, c'est par là

Une urgence?

Tu te sens seul, tu as besoin d’aide...Tu peux trouver un service qui peut t’aider!

Trouver quelqu’un à qui parler